ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

Cette année, vivez les béatitudes 1-8 (Bob Gass)







Cette année, vivez les béatitudes (1)

"Heureux les pauvres en esprit…" Matthieu 5.3

Au cours des prochains jours examinons les Béatitudes, c'est-à-dire les attitudes qui devraient être les nôtres. Jésus a dit : "Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux". Attention, Il ne disait pas qu'Il est contre le fait que vous ayez de l'argent, Il disait qu'Il est contre le fait que l'argent vous domine. Il vous permettra de prospérer pour que vous financiez et réalisiez Ses desseins sur la terre. Mais Il ne mesure pas la taille de votre foi à l'importance de votre compte bancaire. Dans une de Ses paraboles, Jésus qualifia de "fou" un homme riche. Ce n'était pas parce que l'homme était riche mais parce qu'il n'était pas "riche pour Dieu" (Luc 12.21).

John D. Rockefeller a dit un jour : "J'ai gagné des millions, mais ils ne m'ont apporté aucun bonheur réel. Je les troquerais volontiers contre cette période où, assis sur le tabouret d'un bureau de Cleveland, je me considérais riche parce que je gagnais trois dollars par semaine". Davantage d'argent peut élever votre statut social, mais servir Dieu vous donnera de l'importance dans Son Royaume. La différence est énorme ! Alors concentrez-vous sur ce qui a vraiment de l'importance et vivez pour une cause éternelle.

Il paraît qu'à Kemi, en Finlande, un immense château de glace a un jour été construit, avec en plus un théâtre, une aire de jeux, une galerie d'art et une chapelle. L'épaisseur des murs du château était d'environ 4 mètres et le périmètre des murailles était de 600 mètres. La chapelle était un lieu de mariage populaire et le théâtre pouvait accueillir 3000 personnes. On y organisait des concerts de rock, des comédies musicales, des danses modernes et des récitals d'opéra. Le problème était que les coûts d'entretien se chiffraient en millions de dollars, et surtout que la venue du printemps le ferait fondre ! Avez-vous compris l'allusion ? Concentrez-vous sur ce qui est éternel, pas sur l'éphémère.



Cette année, vivez les béatitudes (2)

"Heureux ceux qui pleurent…" Matthieu 5.4

Jésus a dit : "Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés". Le deuil est le prix que nous payons pour l'amour. Un auteur a écrit : "Nous nous demandons quand la douleur frappe fort : "Pourquoi est-ce arrivé ? Était-ce pour nous rappeler la brièveté de la vie ? Était-ce pour approfondir la foi de ceux qui restent ?" Il est difficile de répondre par l'affirmatif quand tout semble sombre autour de nous. La chose la plus importante à ce moment-là c'est que nous soyons soulagés de notre douleur. Par contre, si au lieu de chercher à l'éviter nous faisons face à l'adversité, nous la considérons sous un jour nouveau : elle devient notre pédagogue, et nous acceptons d'en tirer les leçons nécessaires. Comme Joseph, nous voyons comment Dieu peut s'en servir dans un contexte plus large. En fin de compte, à travers le deuil d'un être cher, nous affrontons ce qui nous blesse le plus durement, en compagnie de la seule personne qui puisse panser notre blessure." La Bible affirme : "Le soir arrivent les pleurs, et le matin l'allégresse" (Psaume 30.5). Votre matin viendra, Dieu l'a promis ! Votre peine s'atténuera avec le temps. Le fait que vous soyez prêt à affronter la douleur plutôt que d'essayer d'y échapper, le garantit. Certes vous ne l'oublierez pas, mais vous vous en souviendrez différemment, avec davantage de reconnaissance et moins de chagrin.

Cette béatitude répond à deux questions :

1- Qu'arrive-t-il à ceux qui meurent dans le Seigneur ? "Que votre coeur ne se trouble pas... Dans la maison de mon Père il ya plusieurs demeures... Je vais vous préparer une place pour que là où Je suis, vous y soyez aussi" (Jean 14.1-3).

2- Et pour ceux d'entre nous qui doivent continuer à vivre ? "Le Dieu de toute consolation... nous réconforte... pour que nous soyons capables de réconforter ceux qui passent par des difficultés" (2 Corinthiens 1. 3-4).




Cette année, vivez les béatitudes (3)

"Heureux ceux qui sont humbles de coeur..." Matthieu 5.5

Dans notre monde macho, la douceur est souvent confondue avec la faiblesse. Mais la définition de Jésus dépeint l'attitude d'un puissant et majestueux étalon qui a été progressivement amené à la soumission. Il n'a rien perdu de sa fougue. La seule différence c'est que maintenant il est prêt à plier sa forte volonté devant celle d'un autre. Il est désormais dompté et peut répondre à la traction exercée sur les rênes. La douceur implique :

1- de demeurer sensible aux injonctions de Dieu. Dans un mariage harmonieux, les deux conjoints comprennent souvent leurs besoins réciproques sans avoir à échanger le moindre mot. Le temps passé ensemble leur a fait prendre conscience de ce qui les enrichissait et de ce qui les blessait, et leur dévouement l'un à l'autre révèle qu'ils considèrent leur mariage comme une priorité absolue. Et c'est la même chose dans nos relations avec Dieu.

2- de s'abandonner à la volonté de Dieu. La clé pour briser nos mauvaises habitudes tenaces n'est pas de les combattre par notre propre force. En faisant cela nous concentrons notre attention sur le problème avec le risque d'en intensifier le pouvoir. Détourner notre attention du problème et tout abandonner entre les mains de Dieu jour après jour, est la clé qui vous mènera à la victoire, qu'il s'agisse d'un problème à surmonter ou d'un complexe à gérer. "Non que nous soyons capables par nous-mêmes de concevoir quelque chose comme venant de nous-mêmes. Notre capacité, au contraire, vient de Dieu" (2 Corinthiens 3.5)  

3- de se soumettre aux desseins de Dieu. Pour comprendre la différence entre soumission et égoïsme, vous devez réfléchir à ces mots : "lls se rendent en foule auprès de Toi ; ils écoutent Tes paroles, mais ils ne les mettent point en pratique, car leur bouche en fait un sujet de moquerie, et leur coeur se livre à la cupidité"  (Ezéchiel 33.31). Pensez-y !




Cette année, vivez les béatitudes (4)

"Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice..." Matthieu 5.6

Cette béatitude corrige les deux erreurs courantes concernant la notion de salut. La première consiste à dire que le salut est simplement affaire de croyance et la seconde que le salut est simplement affaire de comportement. En fait, il s'agit des deux à la fois ! La nouvelle naissance nous apporte :

1- Une garantie de justice devant Dieu. Si on empilait toutes vos bonnes oeuvres jusqu'à former une haute montagne, elles ne suffiraient pas à payer le droit d'entrée au paradis. Cette vérité était valable avant que vous deveniez chrétien et l'est tout autant après que vous le soyez devenu. Si vous avez vu le film La Passion du Christ et pensé ensuite : "Pourquoi a-t-Il dû mourir d'une telle mort ?", écoutez la réponse : "Celui qui n'a point connu le péché, Il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en Lui justice de Dieu" (2 Corinthiens 5.21). Au moment où vous acceptez Jésus comme votre Sauveur, vous devenez "juste" aux yeux de Dieu. N'est-ce pas merveilleux !

2- Une manière de vivre selon la justice. "Regardez- vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu…" (Romains 6.11). Le salut n'est pas seulement une garantie de justice que vous détenez devant Dieu, c'est aussi une manière de vivre selon la justice divine, sous le regard des autres. Comment cela est-il possible ? En considérant la volonté de Dieu plus importante que la nôtre (Proverbes 3.5) et en cherchant à manifester les traits de caractère de Jésus-Christ tels que décrits dans l'Écriture : "Amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, fidélité, douceur et maîtrise de soi..." (Galates 5.22-23).  "Mais c'est un défi de taille !" direz-vous. Certes, mais nous ne sommes pas seuls pour l'affronter : "A mesure que l'Esprit du Seigneur agit en nous, nous devenons de plus en plus comme Lui" (2 Corinthiens 3.18).




Cette année, vivez les béatitudes (5)

"Heureux les miséricordieux car ils obtiendront miséricorde." Matthieu 5.7 

Blesser vos ennemis vous abaisse en dessous de leur niveau. Vous venger vous met au même niveau qu'eux. Par contre, leur pardonner vous élève bien au dessus d'eux. La Bible dit : "Ne vous vengez point vous-mêmes… car il est écrit : "A Moi la vengeance, à Moi la rétribution, dit le Seigneur"  (Romains 12.19). La vengeance n'apporte aucun réconfort, elle laisse plutôt un goût amer dans la bouche. Elle vous retient dans un tel état d'anxiété que vous n'êtes plus en mesure de jouir des bénédictions de Dieu. Ne tombez pas dans ce piège ! Choisissez plutôt :

1- De pardonner et oublier. Le refus du pardon vous engage dans l'engrenage du ressentiment. Pourquoi est-il si important que les autres aient tort et que vous ayez raison ? Si vous avez raison et qu'en même temps vous vous sentez malheureux, qu'avez-vous gagné de plus ? Prêtez attention aux paroles de Jésus : "Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi" (Matthieu 6.14). Charles Spurgeon a dit : "Quand on enterre un chien fou, on fait attention à ne pas laisser la queue dépasser !" Pardonnez l'offense, enterrez-la bien profond, puis allez de l'avant !

2- Trouvez la cause de votre colère ! Quelquefois, l'origine de notre colère nous échappe : nous ne faisons qu'extérioriser des blessures intérieures et profondes qui n'ont jamais cicatrisé. Un excès de colère indique souvent que nous cherchons un bouc-émissaire. Au lieu d'aller droit à la personne qui nous a fait du mal, nous déchargeons notre colère sur nos proches qui n'y sont pour rien. Demandez donc à Dieu de vous montrer où se trouve le vrai problème, puis apprenez à le gérer.

3- Récupérez votre force ! La compassion contribue à votre guérison, mais le refus de pardonner fait de vous une perpétuelle victime. Qui plus est, alors que vous demeurez obsédé par ce qui s'est passé et planifiez votre revanche, l'autre continue de jouir de la vie. Puisque Dieu vous a promis justice, laissez tout entre Ses mains ! En fait les seules personnes au niveau desquelles vous devriez essayer de vous placer sont toutes celles qui vous ont aidé et soutenu dans le passé.



Cette année, vivez les béatitudes (6)

"Heureux ceux qui ont le coeur pur..." Matthieu 5.8

Faites de votre coeur un "espace surveillé", parce que ce qui s'y passe détermine votre manière de réagir devant les circonstances de la vie. Qu'il s'agisse de personnes, de passetemps ou d'objectifs à atteindre, n'ouvrez pas votre coeur à toute influence susceptible de vous dominer, ou de vous rendre cynique ou cruel. Si vous le faites, n'espérez pas recevoir la moindre bénédiction de Dieu.

Dans son livre Next Door Saviour, (Le Sauveur habite juste à côté) Max Lucado écrit : "La raffinerie se détachait telle une ville de science-fiction au dessus de la campagne plate et monotone. La fonction de ce dédale de machines et de tuyaux est définie par son nom. Une raffinerie prend tout ce qui rentre à l'intérieur, le purifie avant de le laisser sortir. EIle fait pour le pétrole ce que votre coeur doit faire pour vous : extirper le mauvais pour en faire sortir le bien. Jésus a dit : "L'homme bon tire de bonnes choses du bon trésor de son coeur..." (Luc 6 :45). Alors, voici quelques questions que vous devriez vous poser : « Quand on me critique ou que l'on m'ignore, est-ce que je rends la pareille ou est-ce que je demeure silencieux ? Quand je suis surchargé ou accablé, est-ce que je pique une crise ou est-ce que je garde mon calme ? Quand j'entends des ragots est-ce que je prête attention à ceux-ci, est-ce que je les colporte ou est-ce que je les combats ? Quand quelqu'un m'offense, est-ce que je nourris de la rancune ou bien est-ce que je choisis de pardonner ? Tout dépend de l'état de votre coeur".

Une fois votre coeur purifié, vous commencerez à voir Dieu à l'oeuvre chez des gens, dans des lieux ou dans des situations où vous ne L'aviez jamais remarqué auparavant. Connaissant d'avance les dangers de la maladie spirituelle qui peut affecter notre coeur, le psalmiste a écrit : "Crée en moi un coeur pur, ô Dieu..!" (Psaume 51.12). Si vous avez besoin d'un renouvellement spirituel, passez du temps dans la présence de Dieu !




Cette année, vivez les béatitudes (7)

"Heureux ceux qui procurent la paix…" Matthieu 5.9

On raconte l'histoire de deux gars qui se disputaient au sujet de la religion. L'un d'eux s'est finalement écrié : "D'accord, toi sers Dieu à ta façon et moi je Le servirai à Sa façon !" Lorsque nous faisons de nos opinions la condition préalable pour nous aimer les uns les autres, nous finissons par nous rejeter les uns les autres. Nos sujets de discussions n'ont souvent que très peu d'importance. Jésus a dit : "A ceci tous connaîtront que vous êtes Mes disciples, si vous avez de l'amour les uns pour les autres" (Jean 1.35).  

Il ne suffit pas d'aimer la paix, vous devez devenir un artisan de paix. Quand une dispute éclata dans l'église du Nouveau Testament au sujet des aliments autorisés ou interdits, Paul intervint en disant :

"Arrêtez de porter un jugement sur les autres. Prenez plutôt la décision de ne pas être une pierre d'achoppement ou un obstacle dans la vie d'un frère ou d'une soeur. Je suis convaincu, étant pleinement persuadé dans le Seigneur Jésus, que rien n'est impur en soi. Mais si quelqu'un considère une chose comme impure, alors pour cette personne, cette chose est impure. Si votre frère ou votre sœur est perturbé à cause de ce que vous mangez, vous n'agissez plus dans l'amour. Ne détruis pas par ton aliment quelqu'un pour qui le Messie est mort. Par conséquent, ne laissez pas ce que vous savez bon devenir un sujet de calomnie. Car le royaume de Dieu n'est pas une question de manger et de boire, mais une question de justice, de paix et de joie dans l'Esprit Saint, parce que Celui qui sert Christ de cette manière est agréable à Dieu et reçoit l'approbation des hommes. Faisons donc tous les efforts qui contribuent à la paix et à l'édification mutuelle ... Ainsi donc, cette foi que vous avez, gardez-la pour vous devant Dieu…" Romains 14.13-22.

Soyez donc un artisan de paix !




Cette année, vivez les béatitudes (8)

 

"Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice..." Matthieu 5.10

Dans le Parc National de Yellowstone, il y a un arbre intéressant appelé pin Lodgepole. Ses cônes peuvent rester accrochés pendant des années avant de tomber. Et même quand ils tombent d'eux-mêmes, ils demeurent hermétiquement fermés. Ils ne s'ouvrent qu'au contact d'une chaleur intense. Chaque fois que des feux de forêt font rage, détruisant tous les arbres, la chaleur fait éclore les cônes de ces pins particuliers. Par conséquent, ils sont les premiers à contribuer à la reforestation naturelle de la région.

Jésus a dit à Ses disciples : "Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux". Il y a un potentiel en chacun de nous qui ne se libère que lorsque nous sommes sous pression ou dans le feu de l'épreuve. Job a découvert cela quand Dieu a permis à Satan de le tester. Il a perdu tout ce qu'il avait, y compris ses enfants. Et le comble c'est qu'il fut obligé de subir le mépris de sa femme et de ses amis à cause de sa foi inébranlable. L'épreuve terminée, Job, à qui Dieu accorda le double de tout ce qu'il avait perdu, s'écria devant Dieu : "Mon oreille avait entendu parler de Toi ; mais maintenant mon oeil T'a vu" (Job 42.5).

Entendre parler de ce que Dieu peut faire dans la vie de quelqu'un est une chose, mais voir Sa main à l'oeuvre dans la vôtre quand vous vous demandez : "Qu'ai-je fait pour mériter cela ?" ou encore : "Si Dieu est réellement là, pourquoi suis-je dans une telle situation ?" Pourquoi cette différence ?

1- Parce que c'est au coeur de la fournaise que l'on découvre de nouveaux aspects de la personnalité aimante et du caractère de Dieu.

2- Qu'est-ce qui transforme le charbon en diamant ? La chaleur et la pression intenses !

3- Dans la fournaise, vous découvrez que Dieu demeure fidèle même lorsque tous les autres vous abandonnent.

Bob Gass














08/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres