ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

Etablissez des limites - 1 à 4 (Bob Gass)



Etablissez des limites (1)

"Il vous suffit de dire simplement "oui" ou "non". Matthieu 5.37 TP

A quel moment un geste de bonté dépasse-t-il la mesure ? Comment puis-je vous aider sans souffrir moi-même ? Est-il possible de partager notre vie avec d'autres sans avoir à renoncer à notre propre manière de vivre ? A quel moment avez-vous vraiment besoin de mon soutien ? Au chapitre des relations humaines, trouver l'équilibre entre trop en faire et demeurer distant est un défi difficile et permanent. Et cela d'autant plus si votre tempérament vous pousse à répondre à tous les besoins de tout le monde, tout le temps, et que les autres considèrent que tout leur est dû, qu'ils sont sans ressources et que votre devoir est de vous occuper d'eux. Si vous leur dites non, ils s'imaginent sans doute qu'en fait vous voulez dire oui !

Si vous vous sentez obligé de soutenir des gens dans le besoin qui estiment que quelqu'un doit toujours leur venir en aide, vous risquez de tomber sous leur coupe et ne plus savoir comment vous en sortir. De telles gens ne sont jamais satisfaits, quoique vous fassiez pour eux. Aussi redoublez- vous d'efforts pour leur faire plaisir et pour amoindrir votre propre sentiment de culpabilité. C'est un engrenage difficile dont vous ne pouvez sortir. Ils sont aigris, pensant que vous ne les aidez pas assez, et vous, de ce qu'ils n'apprécient pas ce que vous faites, et personne ne sait comment briser ce cercle vicieux. La relation s'enfonce donc dans cette voie sans issue où chacun en veut à l'autre et ne cesse de le dénigrer, chacun se sentant prisonnier d'une situation détestable dont il a peur pourtant de sortir.

On trouve des exemples de ce modèle de relation "victimes/sauveteurs" à tous les niveaux des relations humaines : dans les mariages, les amitiés, les familles, sur les lieux de travail et même dans les églises. Les gens qui tombent dans ce piège jouent tous un rôle qu'ils aimeraient tant abandonner, mais pour lequel ils ne font aucun effort. Vous reconnaissez-vous dans ce modèle de vie ? Si tel est le cas vous avez fait le premier pas en vue d'établir avec les autres des relations plus saines et mois corrosives !




Etablissez des limites (2)

"afin que les membres aient également soin les uns des autres." 1 Corinthiens 12.25

Lorsque vous achetez une maison, vous avez besoin de connaître les limites exactes de votre propriété, afin d'entretenir de bonnes relations avec vos voisins et d'éviter les équivoques. La Bible affirme : "Ne rends pas trop souvent visite à ton voisin, sinon il sera lassé de toi au point de te haïr" (Proverbes 25.17). Mais quel est le bon équilibre ? Réfléchissons à trois types de limites que nous pouvons établir entre nous et les autres. Tout d'abord des limites rigides, quasi infranchissables, destinées à empêcher les autres de pénétrer dans notre petit monde privé, et dont nous sommes le centre. Nous n'avons pas besoin de paroles, toute notre attitude extérieure affirme : "Propriété privée, défense d'entrer sous peine de poursuite." Pourquoi agissons-nous ainsi ? Par peur ! Peur de devenir vulnérables, dominés, blessés. Peur aussi de nous sentir inadéquats ou inférieurs aux autres. Notre inflexibilité nous empêche d'établir une relation quelque peu intime avec les autres. Pour protéger notre vulnérabilité et notre manière de penser et de vivre, nous sombrons dans l'isolement, la défensive et la solitude. Nous rêvons d'intimité et de chaleur humaine avec les autres, mais la peur nous empêche de faire le moindre pas dans cette direction.

Nous pensons : "Tu ne peux pas me faire souffrir si je reste loin de toi." Mais cette idée est fausse : Dieu nous a créés pour partager avec les autres les victoires de la vie ainsi que les défaites, pas pour nous enfermer dans une tour d'ivoire. Nous devons "prendre soin les uns des autres. Si une partie du corps souffre, toutes les autres parties souffrent avec elle. Si une partie est à l'honneur, toutes les autres partagent sa joie"  (1 Corinthiens 12.25-26). La rigidité de nos limites nous empêchera d'entretenir des relations riches et profitables avec les autres. Comment en sortir ? Tendons la main vers eux ! Nous avons été créés à la fois pour donner et pour recevoir des autres. En donnant nous nous épanouissons et en recevant nous nous enrichissons. Tout le reste n'est qu'exister !



Etablissez des limites (3)

"Telle une ville sans défenses, aux remparts démantelés..." Proverbes 25.28

Nous pouvons aussi établir des limites perméables. Les personnes bien équilibrées trouvent la bonne formule pour protéger leur propre environnement tout en permettant aux autres d'entrer dans leur espace personnel sans que ces derniers parviennent à les manipuler et abuser d'elles. Elles savent dire oui aux relations saines et non à celles qui comportent un risque. Les personnes dont les limites sont trop perméables permettent aux autres de pénétrer dans leur vie, d'accaparer leur temps et leur énergie, d'influencer leurs opinions tout en les empêchant de poursuivre des relations plus saines et productives.

Ne sachant comment dire non, elles se sentent coupables sans cesse de ne pas en faire assez, de ne pas les soutenir de manière adéquate, et parfois même en arrivent à douter de leurs sentiments chrétiens si elles refusent d'aider les autres. Elles souffrent elles-mêmes, causant du tort à leur famille et à leurs amis afin de se plier aux demandes incessantes des autres, apparemment mal-aimés, désemparés et sans soutien, et s'imaginent ainsi faire preuve de beaucoup de compassion. En conséquence elles portent un fardeau émotionnel, physique, spirituel et social de plus en plus lourd. Tandis que les autres se sentent de plus en plus dépendants et irresponsables, pensant que tout leur est dû et parfois détestant la main qui les soutient. Les personnes dont les barrières sont trop flexibles attirent comme un aimant trop de gens dont elles se sentent vite responsables. Elles essaient de porter toute la misère du monde, s'en trouvent incapables et éprouvent un sentiment de culpabilité de ne pas pouvoir tout faire. Un goût amer reste sur leurs lèvres.

"Une ville forcée, une ville sans murailles, tel est l'homme qui n'est pas maître de lui-même" Comprenez-le bien : vous ne pouvez gérer votre propre vie si vous vous sentez dépassé par la responsabilité de gérer celle des autres. Etablissez des limites claires et saines et vivez la vie que Dieu vous a donné de vivre !



Etablissez des limites (4)


"Je suis capable de tout endurer..."
Philippiens 4.12 LM  

Nous pouvons enfin établir des limites que l'on pourrait qualifier de flexibles. Les limites rigides vous poussent à rejeter les autres et à vivre un style de vie qui s'adapte très difficilement aux compromis nécessaires pour garantir des relations saines et enrichissantes avec les autres. Les limites perméables vous rendent vulnérables aux demandes incessantes de ceux qui estiment que vous devez prendre soin d'eux, et qui n'hésitent pas à vous manipuler pour obtenir ce qu'ils veulent.

Mais les gens dont les limites sont flexibles parviennent à vivre une vie personnelle et riche tout en faisant preuve d'un intérêt sain et équilibré envers les besoins des autres. Ils sont capables de générosité en donnant de leur temps et de leurs biens, et en faisant preuve de beaucoup de compassion, sans pour cela endosser toutes les responsabilités. Ils savent aussi que le plus important aux yeux de Dieu est d'atteindre le but qu'Il leur a fixé, de devenir la personne unique qu'Il veut qu'ils deviennent plutôt que d'essayer à tout prix de plaire aux autres. Ils disent : "Je peux entretenir une bonne relation avec vous, sans rejeter ma propre personnalité !" Ils ne cherchent pas à franchir vos limites, pas plus qu'ils ne vous permettent de franchir les leurs. Contrairement aux personnes déterminées à protéger leurs limites coûte que coûte, ils savent se montrer flexibles et s'adapter aux circonstances tout en demeurant lucides, sans se mettre sur la défensive, sans exprimer la moindre amertume, ni chercher à blâmer qui que ce soit. En temps de crise ils ne s'effondrent pas, mais gardent l'esprit fixé sur leur objectif et trouvent en Dieu seul la force intérieure dont ils ont besoin.

Paul est un bon exemple : "J'ai appris à être satisfait en toutes circonstances... Je suis capable de tout endurer grâce à Lui qui m'a créé tel que je suis..." (v. 12-13 LM). De telles personnes ne sont pas affectées par les circonstances ni par les autres : Dieu seul les guide. Elles aident autrui, sans se sentir coupables de ne pas tout faire. Leurs limites les aident à s'adapter aux circonstances. Elles vivent selon le principe : "Portez les fardeaux les uns des autres" (Galates v 6.2), sans se laisser dominer par la tâche ou une responsabilité exagérée envers les autres.

 

Bob Gass










15/01/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres