ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

Déposez le fardeau de la culpabilité (Joyce Meyer)





DEPOSEZ LE FARDEAU DE LA CULPABILITE

 

"Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici : toutes choses sont devenues nouvelles." 2 Corinthiens 5.17

 

J'avais un énorme problème avec la culpabilité. Je me souviens combien elle me faisait souffrir. C'était horrible ! Je me levais le matin en souhaitant que ce fût déjà l'heure d'aller au lit parce qu'elle était constamment là, à l'affût, guettant chaque occasion pour me condamner avec des pensées du genre : "Tu n'as pas… Tu aurais dû… Tu n'aurais pas dû… Comment as-tu pu ?… Tu as encore recommencé !... Tu n'y arriveras jamais… De quel droit enseignes-tu les autres ?"

 

Cessons de penser à ce que nous ne sommes pas,

et considérons plutôt nos progrès dans notre relation avec Dieu.

 

La culpabilité provient essentiellement de notre façon de considérer les attentes de Dieu à notre égard, notre péché (nos erreurs) et le remède à notre péché. Elle entre en nous sous la forme d'une pensée, qui crée un sentiment, qui détermine à son tour notre façon de vivre. Mais la bonne nouvelle est que nous ne sommes pas obligés de vivre ou de prendre des décisions en fonction de ce que nous ressentons. Si nous sommes intelligents, nous n'accorderons aucune valeur à nos sentiments lorsque nous savons qu'ils ne sont pas en accord avec ce que Dieu nous dit dans sa Parole. Et la Parole de Dieu nous dit que Jésus a payé le prix pour que nos péchés soient pardonnés et qu'il a ôté notre culpabilité.

 

Nous lisons dans 2 Corinthiens 5.17 : "Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici : toutes choses sont devenues nouvelles". Nous voyons ici qu'être une nouvelle créature, ou être né de nouveau, signifie que nous sommes en Christ – nous avons une relation personnelle, intime avec lui. Et au travers de cette relation, nous possédons tout ce que Jésus possède et le Saint-Esprit demeure dans notre esprit. Sa justice est désormais la nôtre et nous pouvons avoir sa grâce et sa force pour faire ce qui est juste.

 

Nous devons nous voir en Christ et nous identifier à lui comme notre substitut, qui a payé le prix du pardon de notre péché. Notre identité n'est plus celle de "pécheur", mais de "nouvelle créature en Christ" et il y a une différence entre qui nous sommes et ce que nous faisons. J'aime la comparaison suivante : mes enfants ne font pas toujours des choses qui me plaisent ou avec lesquelles je suis d'accord, mais ils sont toujours mes enfants. Il en va de même dans notre relation avec Dieu, notre Père.

 

Cessons de penser à ce que nous ne sommes pas, et considérons plutôt nos progrès dans notre relation avec lui. Je n'agis pas toujours à la perfection et je ne suis pas arrivée, mais je ne suis plus où j'étais et, Dieu soit loué, je suis en chemin !

 

C'est aussi votre cas, si vous avez donné votre cœur à Jésus et lui avez demandé d'être le Seigneur de votre vie. Et le mieux que vous puissiez faire est de consacrer plus de temps à cultiver votre communion avec Dieu par la prière et l'étude de la Bible, et moins de temps à vous inquiéter de ce que vous avez mal fait. Plus vous vous approchez de Dieu, mieux vous discernerez ce qui est bien et ce qui est mal. Plus vous vous approchez de Dieu, plus vous aurez de force pour faire ce qui est bien.

 

Une action pour aujourd'hui :

Faites davantage confiance à l'amour de Dieu qu'à vos sentiments. Demandez son aide quand vous en avez besoin et jouissez d'une vie de paix et de joie, en ayant déposé le fardeau de la culpabilité et de la condamnation.

 

 

Joyce Meyer

(Source : TopChrétien)






27/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres