ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

Choisir le bon combat (Jelill Do Rego)



Choisir le bon combat

En entendant une personne me faire récemment état d'un sentiment de lassitude devant la nécessité de devoir toujours se battre pour avancer dans la vie, je réalisais qu'elles sont nombreuses, les luttes à remporter pour se faire une place dans nos sociétés.


Il faut mener des combats dans ses études, dans le monde du travail et dans tellement d'autres domaines. Peut-être vous arrive t-il d'ailleurs à vous aussi d'éprouver une certaine lassitude devant cette situation, vous demandant quand vous rentrerez enfin dans le repos promis.

Quelques textes nous montrent effectivement que le plan de Dieu n'est pas de nous épuiser dans diverses luttes, mais plutôt que le Christ ouvre la voie au véritable repos.

Matthieu 11 : 28-30    28 Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. 29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur; et vous trouverez du repos pour vos âmes. 30 Car mon joug est doux, et mon fardeau léger.

Esaïe 40 : 30-31    30 Les adolescents se fatiguent et se lassent, Et les jeunes hommes chancellent;31 Mais ceux qui se confient en l'Eternel renouvellent leur force. Ils prennent le vol comme les aigles; Ils courent, et ne se lassent point, Ils marchent, et ne se fatiguent point.

 

Qu'est ce qui explique donc que les batailles que nous menons soient si usantes, alors même que Christ nous invite au repos ? La réponse à cette interrogation se trouve à mon sens dans les choix que nous faisons, car il existe diverses sortes de combat, de bons combats, dans lesquels Dieu nous a envoyés et que nous remporterons avec facilité, et de mauvais combats, pour lesquels nous ne sommes pas mandatés, et qui nous fatigueront pour de maigres résultats.

En parlant de ces batailles que nous devrions éviter de mener, voici ce que déclare la Bible :

Ephésiens 6 : 12     Car nous n'avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre les dominations, contre les autorités, contre les princes de ce monde de ténèbres, contre les esprits méchants dans les lieux célestes.

 

2 Corinthiens 10 : 3-5    3 Si nous marchons dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair. 4 Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses. 5 Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s'élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l'obéissance de Christ.

 

Comment réagissons nous lorsqu'une personne de notre entourage entreprend de nous poser des difficultés ? Plusieurs entreprennent de débuter une joute verbale et usent de leurs capacités oratoires, mais chaque fois que vous agissez de la sorte, vous menez un mauvais combat, pour lequel vous n'avez pas été mandaté, et qui vous épuisera plus qu'autre chose.

La chair et le sang sont en réalité des éléments exclusifs des luttes pour lesquelles Christ a appelé les croyants. Le texte tiré de la deuxième épitre de Paul aux Corinthiens nous apprend d'ailleurs que les armes dont nous sommes dotés ne sont pas charnelles, mais puissantes. C'est à dire que si elles étaient charnelles, elles manqueraient de puissance, et nous serions engagés dans une guerre où notre équipement se révèlerait parfaitement inefficace.

Ce n'est donc pas le fait d'appartenir à la famille de Dieu qui nous garantit la victoire dans les combats, mais plutôt le fait de choisir correctement les combats que nous devons mener.

Dans ces conditions, quel combat peut on qualifier de "bon combat", quelle est cette lutte que les croyants sont assurés de mener dans le repos, en bénéficiant de cette parole qui leur garantit de courir sans se lasser ?


C'est l'apôtre Paul qui en parlant à Timothée apporte un élément de réponse en deux textes :

1 Timothée 6 : 12     Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d'un grand nombre de témoins.

 

1 Timothée 1 : 18-19    18 Le commandement que je t'adresse, Timothée, mon enfant, selon les prophéties faites précédemment à ton sujet, c'est que, d'après elles, tu combattes le bon combat,19 en gardant la foi et une bonne conscience. Cette conscience, quelques-uns l'ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi.

 

Le combat qualifié de "bon" par l'Apôtre Paul est précisément celui de la foi. Il nous montre sans ambiguïté que la véritable lutte pour laquelle nous avons été pensés, et envoyés dans ce monde par Dieu est celle de la foi.

C'est cette bataille qui a gardé Paul plein de vie et de passion, alors même que son voyage sur terre touchait à sa fin. Le combat de la foi, c'est celui qui consiste à être ce que nous sommes vraiment, des croyants, qui restent convaincus envers et contre toute circonstances que le plan de Dieu s'accomplira, n'en déplaise aux multiples luttes sociétales.

C'est celui qui requiert que nous utilisions nos dons et talents en priorité dans le but d'assurer la propagation de cette foi autour de nous. Devant ces détracteurs indélicats, Dieu nous appelle à répondre sur la base de notre foi, qui produit douceur et respect.

C'est en combattant par la foi, que nous utilisons avec efficacité ces armes glorieuses que Dieu a mises à notre disposition, et que nous pouvons enfin nous reposer sur son action à lui, car la foi est l'élément déclencheur du miracle.

Etes-vous prêts, bien aimés, à vous engager sans réserve dans le bon combat, en dépendant principalement de l'action que Dieu veut mener à travers vous ?

 

Jellil Do Rego

(Source : Enseignemoi.com)




20/04/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres