ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

ecrin-2-mon-coeur.blog4ever.com

Quand la "fille" de la violence engendre le pardon et la réussite (Samuel Foucart)





QUAND LA "FILLE" DE LA VIOLENCE ENGENDRE

LE PARDON ET LA REUSSITE


 "Avant les années de famine, il naquit à Joseph deux fils que lui enfanta Asnath […] Joseph donna au premier né le nom de Manassé […]. Et il donna au second le nom d’Éphraïm." Genèse 41.50-52

Il est passionnant de découvrir que le nom de la femme de Joseph : Asnath, signifie "fille de la violence". La tradition juive raconte que cette jeune femme aurait été la fille de Dina qui l'aurait mise au monde après avoir été violée (Genèse 34). Envoyée en Égypte, elle aurait été adoptée par Poti-Phéra, un prêtre et aurait fini par être donnée en épouse à Joseph, qui ignorait qu'elle était sa nièce. De cette histoire, on peut tirer un véritable enseignement : deux vies martyrisées vont produire le pardon, l'oubli et la fécondité, alors que leurs douloureuses histoires les prédisposaient à un sombre destin !

 

Vous pouvez vous faire violence et décider de choisir la vie plutôt que la mort...


La violence s'est installée en vous après que vous ayez été atteint par l'offense, qu'allez-vous en faire ? Lorsqu'elle est mal employée, la violence peut se retourner contre vous et produire des fruits amers à l'intérieur de votre âme, un désir de vengeance, très légitime sur un plan humain, mais qui n'est rien d'autre qu'une agressivité retournée contre vous-même ! Combien de maladies, de dérèglements psychologiques, de troubles du comportement ne sont que les conséquences de cette violence si mal canalisée ! La "fille de la violence" aurait dû engendrer la destruction, la mort, la souffrance, la guerre et la peine.

 

Au lieu de cela, elle va concevoir avec Joseph l'homme du pardon : l'oubli et la réussite ! Comprenez que Jésus avait tellement raison lorsqu'il disait que le royaume de Dieu est réservé aux violents. (Matthieu 11.12) Retournez la violence à votre avantage, canalisez-la, utilisez-la pour le bien. Faites de la violence que vous avez reçue une force bénéfique et féconde. Faites-vous violence en décidant de pardonner la faute de l'autre ; faites-vous violence en entrant dans un processus de guérison, passant par la volonté d'oublier la faute, de refuser de se la rappeler, en décidant de la mettre sous vos pieds, et vivez la réussite !

 

C'est humain, pour deux êtres qui ont souffert, de partager leur souffrance et leur amertume, parfois leur désir de vengeance l'un avec l'autre, surtout quand l'ennemi est commun aux deux. Au fond, l'important, ce n'est pas ce dont vous héritez ou recevez, mais c'est la manière dont vous allez le vivre et décider de l'utiliser qui va faire la différence sur votre existence par la suite. Il vous appartient de choisir de refuser de rester dans cet état, et à l'image d'Asnath et Joseph, vous pouvez vous faire violence et décider de choisir la vie plutôt que la mort ; la réussite plutôt que l'échec ; l'avenir plutôt que le passé. 

 



Une prière pour aujourd'hui :

Seigneur, je te demande de m'aider à ressembler à cette jeune femme, et de me donner la force nécessaire pour que de ma blessure jaillisse la vie ! Dans le nom de Jésus j'ai prié. Amen. 

 

 

Samuel Foucart

(Source : TopChrétien)

 

 




12/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres